En ligne.fr





Traducteur Anglais Espagnol


Un traducteur de langue maternelle française

Passionné par l'Anglais et l'Espagnol

Passionné le web, les applications mobiles

Conseils pour travailler avec un traducteur

La traduction est un exercice à la fois complexe et exaltant. Pour y arriver, il faut tout d’abord se former, puis multiplier les expériences afin d’enrichir son CV. Être bilingue est un avantage mais ne s’avère pas indispensable. Autant de paramètres à prendre en compte si l’on veut se lancer dans la traduction ou travailler avec un traducteur.



Règles de base
Pour faire ses premiers pas dans la traduction ou travailler avec un traducteur, il faut prendre en compte les points suivants :

  • maîtriser le vocabulaire et la grammaire des deux langues ;
  • s’assurer que l’on a de suffisamment bonnes connaissances à l’écrit pour formuler le texte de traduction ;
  • posséder quelques notions de linguistique ;
  • au besoin, compléter son cursus estudiantin avec une licence de traduction.


Avantage concurrentiel
Certains profils sont prédisposés à la traduction :

  • lorsque le traducteur est imprégné des deux cultures linguistiques, c’est-à-dire que l’un de ses parents parle la langue du texte original et l’autre, la langue du texte de traduction ;
  • lorsque le traducteur a un parent qui parle l’une des deux langues, et qu’il a grandi dans un pays où on parle la deuxième langue.


Le cas le plus fréquent
Les traducteurs ne sont généralement pas bilingues d’origine. La plupart du temps, ils ont soit émigré vers un pays pour apprendre une deuxième langue, soit appris la deuxième langue en restant dans leur pays, sans forcément en maîtriser toutes les tournures idiomatiques.

Dans ces cas de figure, il est préférable qu’ils traduisent de la langue d’accueil vers leur langue maternelle, et non l’inverse : maîtrisant mieux les fondements culturels de leur langue maternelle, ils ont plus de chance de produire des traductions intelligibles, et non des traductions littérales.

Les profils recherchés
Les diplômes et la maîtrise ne suffisent pas pour obtenir des contrats ou des marchés. De plus en plus, les clients exigent que le prestataire ait passé avec succès un test de traduction avant tout démarrage d’un contrat de travail. L’expérience professionnelle est elle aussi un atout non négligeable : le candidat doit posséder un minimum d’expérience professionnelle, démontrer qu’il a déjà décroché des marchés importants, réussi des tests.

Pour les particuliers souhaitant travailler avec un traducteur, il existe une solution simple permettant d'engager quelqu'un en toute légalité : l'utilisation du Chèque Emploi Service Universel (CESU) proposé par le Chèque Domicile CESU, l'URSSAF ou le Ticket CESU. Chacun de ces acteurs présentent également une version dématérialisée de leur solution, notamment le Chèque Domicile avec son CESU en ligne. Quelle que soit la version choisie par le particulier souhaitant faire appel à un traducteur, ces Chèques Emploi Service Universel présentent tous l'avantage de faire bénéficier à ses employeurs une réduction ou un crédit d'impôt sous certaines conditions.